google-site-verification: google306c8b17ea233f46.html

DIMANCHE

JOUR 5 : 5h45 / D+ 900  /Shira Camp : 3840m

Le lendemain, après un réveil matinal, et la découverte d’un petit-déjeuner inhabituel, nous repartons, à peine éprouvés par le trajet de la veille. Dans la montée nous dépassons un groupe déjà croisé hier. Ils ont vécu très difficilement ce début d’ascension, alors que pour nous c’était une petite balade… Je me demande comment va être la suite pour eux...

Ce trek peut se faire par tous les temps, sous la neige ou sous la pluie. Mais en tout dernier recours c’est le guide qui décide de continuer ou non. A l'époque ou tout le matériel technique actuel n’existait pas, la montée était jalonnée par les arrêts dans les grottes, pour s’abriter, pour préparer à manger, pour dormir. Aujourd’hui c'est interdit.

Apeles, c'est notre guide-assistant, son métier depuis 3 ans. Auparavant il a été porteur pendant 5 ans. L’année prochaine il veut passer l'examen pour devenir guide. Pour lui ce travail est toute sa vie. Cet environnement dans la montagne est « son bureau », comme il aime à le dire. Et son rêve, c'est de monter sa propre agence de trekking.

Après 6 h de marche et 900 m de dénivelé, nous atteignons le camp Shira pour la nuit. Nous faisons une escapade d’une heure pour aller admirer le paysage du plateau.

A ce niveau, plus d’arbres mais de la lande à bruyères, sur une terre froide et acide jusque vers 4000 m.