google-site-verification: google306c8b17ea233f46.html

DIMANCHE

JOUR 12 : Moshi - Moshi / 42,195kms / 4h30 / D+ 600m

Le réveil sonne bien trop tôt aujourd’hui… Mais la journée sera longue, ou plutôt la route. Il est 3h30, il faut se préparer pour ces 42 kms. Pas le temps de souffler. Le bus nous attend à 5h00. Et le coup de sifflet retentira à 6h30.
Dès le troisième kilomètre, j’en vois déjà qui marchent… Ce couple au look improbable, pas vraiment le profil de coureurs, beaucoup de kilos en trop. (Pourtant ils vont être à mon rythme pendant un moment. C’est tout à leur honneur. Mais ils termineront très loin. C’était prévisible.)

Un événement majeur pour la ville et le pays, ce marathon. Toute la population est là. 40 nationalités sont représentées, avec beaucoup de japonais. Mais par endroit la circulation n'a même pas été coupée. Des chauffeurs se croient seuls, ou énervés par la course qui les ralenti, et ils avancent comme des malades en frôlant les coureurs.

Mes douleurs au bas du dos sont bien présentes, mais au bout d'un moment la douleur musculaire sera plus forte et masquera donc la douleur de la chute.
Et finalement je vais terminer ce marathon sans m’être arrêté, en pleine forme, si on peut dire. Je crois que je n’ai jamais accéléré aussi vite à la fin d’une course. Le dernier kilomètre me donne des ailes, probablement porté par les ovations de la foule, surprise de voir débouler sur le stade cet ancien qui double tout le monde.

Nous restons un moment dans cette enceinte pour profiter de l’ambiance unique. C’est la fête pour toute la population. Concerts, animations, stands de nourriture. Un foisonnement de vie dans une joyeuse débandade, bien loin des règles sanitaires qui deviennent des carcans chez nous. 
En tant que participants au Kiliman, nous sommes des privilégiés, car nous bénéficions du VIP, avec buffet et boissons à volonté.

Retour à l’hôtel pour ranger et se préparer en vue de la quatrième et dernière étape de cette aventure africaine.